Femmes et droits de l'enfant

Province du Bazèga / Burkina Faso

Concrétiser les droits des enfants par le biais de la promotion sociale et économique de leurs mères.

Le Burkina-Faso est l’un des Etats les plus pauvres au monde. En 2015, le PNUD le classe 183e sur 188 pays en termes d’Indice de Développement Humain (IDH). La province de Kombissiri, située au sud de la capitale Ouagadougou, reflète le contexte social et économique national.

La pauvreté pèse en particulier sur les femmes, dont le niveau de revenu est très faible. Leur manque de formation, leur difficile accès à la terre et au crédit ainsi que la forte mortalité maternelle et infantile en sont les causes.

L'action de Terre des Hommes Suisse

En valorisant le rôle de la femme dans la société burkinabé, l'association Song Taaba (ASTK) de Kombissiri, partenaire de Terre des Hommes Suisse, promeut une amélioration de la situation des enfants et particulièrement le renforcement de leurs droits à l’éducation et à l’alimentation. Ainsi, les femmes ne sont pas uniquement les bénéficiaires des actions réalisées, mais également, et surtout, un vecteur de changement pour la vie des enfants.

D'ailleurs, le nom de l'association n'a pas été choisi au hasard, en langue moré, Song Taaba signifie "s'entraider", ce qui correspond bien à l'esprit de cette organisation.

L’intervention d'ASTK est construite sur deux axes principaux: la sensibilisation aux droits des enfants et la mise en place d’activités génératrices de revenus pour les femmes.

Ces activités sont réalisées avec les femmes membres des associations villageoises. Le nom de l'association n’a pas été choisi au hasard: en langue moré, Song Taaba signifie «s’entraider», ce qui correspond bien à l’esprit de cette organisation qui s’est donné comme mission de contribuer au respect des droits des enfants, à travers la promotion socioéconomique des femmes

Pour la sensibilisation, les méthodes pédagogiques utilisées sont adaptées à la réalité de ces femmes, aux compétences en lecture et en écriture souvent très limitées, voire inexistantes. Ainsi, en plus des traditionnelles causeries éducatives, le projet s’appuie sur des outils méthodologiques comme le ciné-débat ou le théâtre forum, pour aborder des thèmes de scolarisation ou de malnutrition.

Si le travail de sensibilisation est indispensable pour créer un environnement favorable aux droits de l’enfant, force est de constater que le respect de ces droits dépend également des conditions économiques des ménages. C’est pourquoi Terre des Hommes Suisse, au travers de son partenaire ASTK, appuie les organisations féminines des villages d’intervention en développant des activités génératrices de revenus: culture d’arachide et de sésame, élevage de volailles, production de fumier, etc. Ces activités permettent aux femmes d’améliorer la situation financière de leur famille, et à terme, de garantir le droit à l’alimentation et à l’éducation de leurs enfants.