Oui à la protection contre la haine

16 Enero 2020

Les discours de haine et les appels à la violence contre les personnes homosexuelles et bisexuelles devraient être punis pénalement. Pour cela, une extension d’une clause pénale doit être votée en février. terre des hommes schweiz et Terre des Hommes Suisse soutiennent la campagne "Oui à la protection contre la haine". Les personnes ne devraient pas être discriminées en raison de leur orientation sexuelle et devraient être protégées contre les agressions. 

Le 9 février, nous voterons sur l'extension de la norme pénale antiraciste. Le critère de l'orientation sexuelle doit également être inclus dans l'article pénal. L'incitation à la haine contre les lesbiennes, les gays et les bisexuels doit être rendue punissable, tout comme la haine fondée sur la religion ou la couleur de la peau. 

Si une personne est agressée physiquement ou insultée personnellement en raison de son orientation sexuelle, elle peut déjà se défendre légalement. Cependant, les appels généraux à la haine et l'incitation à la haine contre les lesbiennes, les gays et les bisexuels ne sont toujours pas punissables. Dès que ce n'est pas un individu mais un groupe entier qui est incité à la haine, les lois actuelles ne suffisent pas.

Si, par exemple, il est répandu dans des brochures ou sur une page Facebook que toutes les lesbiennes sont malades et doivent être violées par un homme pour trouver le " bon chemin ", il n'y a pas de possibilité d'action en justice contre cela aujourd'hui. C'est pourquoi nous devons nous protéger contre la haine, car la haine n'est pas une opinion. Ce sont surtout les jeunes lesbiennes, gays ou bisexuels qui souffrent de ces idées - le taux de suicide de ce groupe est environ cinq fois plus élevé que celui des jeunes hétérosexuels. " L'extension de la loi est donc très importante pour protéger les jeunes qui sont particulièrement vulnérables ", déclare Valentina Darbellay, experte en droits de l'enfant à terre des hommes schweiz et Terre des Hommes Suisse. 

Les jeunes de nos pays d'actions sont aussi parfois victimes d'homophobie massive et de crimes haineux fondés sur l'orientation sexuelle. Le président brésilien Bolsonaro, par exemple, a déclaré qu'il préférait voir son fils mourir dans un accident de voiture plutôt que d'être homosexuel. 

Selon l'actuel "Indice global d'acceptation des lesbiennes, des gais, des bisexuels et des transgenres" (LGBT Global Acceptance Index (GAI) https://williamsinstitute.law.ucla.edu/wp-content/uploads/GAI-Update-Oct-2019.pdf) l'acceptation des personnes LGBT a augmenté dans les pays où elle était déjà élevée entre 2014 et 2017. Inversement, la situation s'est aggravée dans les pays où les personnes LGBT étaient déjà particulièrement mal en point auparavant. Depuis 2000, la Suisse est tombée de la 5e à la 18e place du GAI. 

Terre des Hommes Suisse se joint à terre des hommes schweiz dans la campagne "Ja zum Schutz vor Hass" (https://jazumschutz.ch/) qui demande un signal clair le 9 février : Oui à la protection des personnes lesbiennes, gays et bisexuels contre les appels à la haine et à la discrimination !