Alternatives à l'orpaillage et prévention des violences sexuelles

En Amazonie péruvienne, des familles paysannes ont créé une coopérative agricole de services pour produire et commercialiser du cacao de haute qualité, comme alternative à l’extraction de l’or. Une première dans la région

Dans le département de Madre de Dios, au sud du Pérou, près de 50% de ses habitants sont des migrants qui rejoignent la forêt amazonienne riche en bois et en or. Beaucoup d'entre eux travaillent dans l'orpaillage qui a des conséquences dramatiques: désintégration familiale, alcoolisme, violence, sans compter la destruction de la forêt amazonienne et la pollution des sols et des rivières. Les enfants sont les premiers touchés, victimes de maltraitance, de travail forcé et de prostitution.

Pour améliorer les conditions de vie des communautés paysannes sur le long terme, il faut trouver des alternatives économiques à l’extraction minière.

L'action de Terre des Hommes Suisse

En partenariat avec la coopérative agricole Agrobosque, Terre des Hommes Suisse propose de diversifier et d'augmenter les revenus de 50 familles paysannes, grâce à la production de cacao et de fruits tropicaux et la pisciculture. Elle appuie également le renforcement de leur sécurité alimentaire au travers de potagers familiaux diversifiés et de petits élevages.

Les familles sont formées aux techniques agricoles respectueuses de l'environnement et à la gestion de la coopérative.

Plus d'une cinquantaine d'hectares de cacao «Chuncho» ont déjà été plantés. Ces variétés de cacao natives ont un rendement moindre mais résistent mieux aux maladies. Elles sont en cours de certification bio et sont très recherchées sur le marché international du commerce équitable. Cette culture est associée à celles du manioc et de la banane, qui servent d'ombrage et produisent en moins d'une année, alors que trois ans sont nécessaires pour obtenir la première récolte de cacao.

Le rôle de la coopérative consiste aussi à encourager la diversification agricole. Avec le soutien de ses membres, elle a acquis un hectare autour de son siège de Santa Rita; elle y cultive fruits et légumes de manière permanente, comme centre de démonstration pour les familles paysannes de la région.

Terre des Hommes Suisse soutient également 450 enfants des écoles de la zone dans la mise en place de jardins potagers scolaires. Les familles et les enfants sont par ailleurs sensibilisés aux risques et impacts sociaux, environnementaux et sanitaires de l'extraction minière, favorisant ainsi leur volonté de s'engager dans des activités économiques alternatives. Un travail de prévention de la violence est également fait dans ces communautés à travers une sensibilisation sur les droits de l'enfant, et un travail est mené en coordination avec les institutions étatiques.

Les volets miniers et agricoles de ce projet sont soutenus par Cartier Philanthropy.