Promotion du droit à l'éducation et à l'alimentation

Région de Sikasso, cercle de Kolondieba / Mali

Promouvoir les droits de l'enfant à l'éducation et à l'alimentation à travers non seulement le renforcement du système éducatif, mais aussi la place des femmes dans la société, leurs compétences et leur capacité à générer des revenus.

Le Mali fait partie des pays les plus pauvres du monde. Malgré les conditions climatiques difficiles - 65 % du territoire malien est en région désertique ou semi-désertique - près du 80% de la population travaille dans l’agriculture ou la pêche. La mortalité infantile est particulièrement élevée et l'accès à l’éducation représente un défi majeur.

L’action de Terre des Hommes Suisse

Le partenaire de Terre des Hommes Suisse, ADAC, intervient dans les domaines suivants: microfinance et création de micro-entreprises, formation et alphabétisation, santé préventive et agriculture durable.

Le projet actuel se structure autour de trois grands piliers d’action:

Premièrement, il s’agit de favoriser l’accès à l’éducation, notamment des jeunes filles, par le biais d’une participation accrue des femmes dans la gestion des affaires publiques. Plus sensibles à la cause des enfants en général et des jeunes filles en particulier, les femmes constituent un allié clé pour assurer la diffusion de messages sur la promotion du droit à l’éducation et à l’alimentation. La promotion de l’accès à l’éducation est également poursuivie au travers d'un renforcement des capacités économiques des ménages vulnérables, qui sont soutenus dans la mise sur pied d’activités génératrices de revenu, telles la production de beurre de karité ou le petit élevage.

Dépôt d'argent à la caisse de Karabara||Patricia Armada

 

Pour améliorer l'éducation, ADAC renforce les compétences didactiques des enseignants et pallie les disparités entre filles et garçons, qui deviennent plus marquées à fur et mesure que l’on progresse dans le parcours scolaire, par des cours qui leur sont spécifiquement destinés.

Enfin, un dernier axe d’action porte sur la sécurité alimentaire. Pour ce faire, 200 ménages, choisis parmi les plus vulnérables des communautés impliquées dans le projet, reçoivent des appuis spécifiques pour améliorer leur production agricole. Des séances d’éducation nutritionnelle permettront également aux femmes de disposer de connaissances nécessaires pour préparer des repas autant que possible équilibrés et réduire ainsi le nombre d’enfants qui souffrent de malnutrition.

Le projet est mené actuellement dans neuf communautés de la commune de Tousseguela et dans dix communautés de la commune de Kolosso. Il bénéficie indirectement à une population d'environ 11'000 habitants.