Scolarisation des enfants travailleurs

Gwalior / Inde

Non au travail des enfants! Cid a ouvert 9 centres qui accueillent les jeunes travailleurs quelques heures par jour. Ils y reçoivent un repas, un suivi médical et participent à des activités éducatives et récréatives en vue d'une réintégration dans le système scolaire.

Gwalior: ville de plus d'un million d'habitants dans le Madhya-Pradesh, au centre de l’Inde.  Autrefois florissante et industrielle, elle connaît aujourd'hui, avec la fermeture des usines, un chômage qui atteint la majeure partie de la population active. Cette crise grave incite les familles à recourir au travail des enfants. Plus de 40'000 d'entre eux servent de main-d'oeuvre sous-payée dans les environs de Gwalior. Ils travaillent dans l'industrie du tapis, de la cigarette, dans la fabrication de briques, la récupération des déchets ou la taille de pierres, bien que la loi indienne interdise le travail des enfants de moins de 14 ans.

L’action de Terre des Hommes Suisse

Pour mener une lutte ciblée et efficace contre le travail des enfants, Centre for Integrated Development (Cid), organisation partenaire de Terre des Hommes Suisse, élabore des stratégies spécifiques à chaque secteur d'emploi, en collaboration avec les familles, médecins, enseignants et travailleurs sociaux.

Des réunions communautaires sont organisées une fois par mois au cours desquelles les femmes (et plus rarement les hommes) discutent de l'éducation et de la santé des enfants, ainsi que de problèmes communs à tout le quartier.

L'objectif principal de Cid est l'éradication du travail des enfants, ainsi que leur intégration progressive dans le système scolaire gouvernemental. Neuf centres d'éducation non formelle sont ouverts et accueillent quelques heures par jour les jeunes travailleurs. Ils peuvent y recevoir un repas, participer à des activités éducatives et récréatives, et bénéficier d'un suivi médical. Le sport, le théâtre ou l’artisanat font partie du programme, de même que des sessions sur les droits de l’enfant, la santé et l’hygiène.

Cid souhaite modifier l'état d'esprit des parents et des autorités qui considèrent le travail des enfants comme normal, ou s'en désintéressent totalement. L'organisation fait pression sur les employeurs qui utilisent une main-d'oeuvre trop jeune, exige l'application effective des lois sur le travail des enfants et organise des campagnes de sensibilisation auprès de la population locale et des industries concernées. Les parents sont encouragés à scolariser leurs enfants grâce à la création de groupes d'épargne qui permettent de compenser les revenus perdus.

Différentes actions permettent également aux jeunes de s’exprimer publiquement sur la thématique de l’éducation et de sensibiliser la population et les autorités aux droits de l’enfant : parlements de jeunes, campagnes d’inscriptions scolaires, plaidoyers, etc.

Les enfants ne prennent plus le chemin du travail, mais celui de l'école.