Sécurité alimentaire en milieu rural

Boulkiemdé / Burkina Faso

A manger pour tous! Ce projet donne aux familles des connaissances en nutrition et en hygiène et augmente la production agropastorale

La sécurité alimentaire constitue une préoccupation de premier plan pour un pays du Sahel comme le Burkina Faso, dépendant des aléas climatiques et disposant de ressources précaires face à une forte pression démographique.

Dans un pays où la plupart des habitants sont agriculteurs ou éleveurs, mais manquent de formation et d’équipement, on ne mange pas à sa faim. Les enfants âgés de moins de 5 ans sont particulièrement à risque: un sur 4 souffre d’insuffisance pondérale. La mortalité infantile s’avère particulièrement élevée. Sur 1000 enfants nés vivants, plus de 100 ne vont pas fêter leur cinquième anniversaire. (source: Food and Nutrition in Numbers 2014, FAO).

L'action de Terre des Hommes Suisse

Pour faire face à ces défis, Terre des Hommes Suisse soutient ses organisations partenaires, Promo-Femmes, Gascode et Ocades, dans la mise en place d’un programme visant à réduire les pénuries alimentaires dans quatre départements de la province de Boulkiemdé.

La priorité: aider les ménages démunis à développer leurs capacités de production alimentaire et promouvoir la génération de revenus. Actuellement, 1200 familles (environ 10'000 personnes, dont une majorité d'enfants) bénéficient directement du programme, qui s’articule en 4 volets:

  1. Accroissement de la production agropastorale pour mieux couvrir les besoins alimentaires des familles. Pour cela, il est nécessaire de rechercher de nouvelles terres à cultiver, de former les paysan-ne-s et de sensibiliser la population à la gestion des ressources alimentaires.
  2. Amélioration de la qualité de vie des familles, par la formation de nouveaux groupes de solidarité dans les villages et l'introduction d’un système de micro-crédits. Ce système permet accroître les ressources des femmes, en les encourageant à entreprendre des activités comme l’élevage, le petit commerce ou la transformation des produits agricoles. Des animatrices encadrent et conseillent les villageoises.
  3. Soutien aux organisations de producteurs/productrices, qui peuvent ainsi mener des actions concertées sur le plan local comme la mise en place du système de warrantage qui leur permet d'obtenir un crédit contre une garantie sous forme de stock céréalier.
  4. Diffusion de connaissances concernant la nutrition. Des animatrices, formées dans le cadre du projet, sensibilisent la population, les femmes en particulier, à l’importance d’une alimentation équilibrée.