Inde: Une fillette exploitée devient jeune femme engagée

21 mars 2018

À l'âge de 5 ans, Reshma tissait des tapis. Scolarisée grâce à une association locale, elle œuvre aujourd'hui auprès des enfants exploités. Retour sur son incroyable parcours.

Accroupie toute la journée devant son métier à tisser avec sa petite sœur et sa maman, Reshma a passé ses jeunes années à confectionner des tapis, pour un salaire de misère. Comme elle, des millions d’enfants sont exploités en Inde, pays qui concentre le plus grand nombre d’enfants travailleurs, malgré une loi l’interdisant avant l’âge de 14 ans.

«Quand j’avais 7 ans, j’ai entendu parler du programme du Center for Integrated Development (CID); il m'a permis de suivre une scolarité tout en continuant à travailler pour aider mes parents. À l'âge de 10 ans, ceux-ci ont été d’accord pour que j’arrête de travailler car ils avaient compris l’importance de l’éducation. J’ai pu poursuivre mes études et j'ai obtenu un master en travail social.»

C’est dans les quartiers défavorisés de Gwalior que Terre des Hommes Suisse soutient l’association locale CID. Ville industrielle du centre du pays, Gwalior compte 1 million d’habitants, dont de nombreuses familles migrantes qui fuient la misère des campagnes. CID y a monté neuf centres éducatifs dont l'objectif est de proposer un rattrapage scolaire aux enfants travailleurs, les aider à retrouver confiance en eux, et sensibiliser les parents au travail des enfants et à l’importance de l’éducation. Chaque année, près de 500 enfants sont ainsi accompagnés.

Afin que les jeunes du centre soient acteurs de leur propre vie et s’impliquent dans leur communauté, vingt groupes de jeunes ont été créés par CID qui les appuie dans leur organisation et les forme au leadership et aux droits de l’enfant – fortement mis à mal dans ces communautés vulnérables (exploitation au travail, abandon scolaire, discrimination de genre, mariage précoce). Aujourd’hui, ce sont ces jeunes leaders qui forment à leur tour les groupes locaux et mettent en œuvre des actions communes pour faire respecter les droits de l’enfant.

Les jeunes initient des actions

Reshma a été l’une de ces leaders, et à l’origine de l’un des groupes. «Je sais ce que le travail des enfants veut dire, je suis donc contente de pouvoir agir pour les autres. CID m’emploie maintenant pour gérer l'ensemble des groupes de jeunes qui se sont montés petit à petit.»

Réunis chaque mois, ces jeunes coordonnent leurs actions sur les réseaux sociaux. Ils sont impliqués dans leur communauté, jouent un rôle de vigilance et d’alerte pour les situations à risque, en lien avec les autorités locales qui leur font maintenant confiance: ainsi, vingt mariages précoces ont pu être empêchés, et des jeunes filles kidnappées pour être prostituées ont réintégré leur famille. Les jeunes font également pression sur le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements envers les plus démunis: rente pour les orphelins, vélo pour les jeunes filles scolarisées.

Reshma a aujourd'hui 21 ans. Elle est en contact avec de nombreux autres groupes créés en Inde par des partenaires de Terre des Hommes Suisse, afin qu'ils partagent leurs expériences et qu'ils harmonisent leurs actions sur le plan national. Avec une même motivation: la protection et la participation des enfants dans la société indienne.

Article rédigé par Anne-Céline Machet et paru dans le journal Terre des Hommes Suisse n°129, mars 2018