Les jeunes acteurs de changement face au COVID-19

7 Avril 2020

Partout dans le monde, des jeunes se mobilisent aussi contre le Covid-19. C’est le cas de Luciana*, une jeune femme du Brésil, qui partage avec nous sa réalité. 

1. Quelle est votre situation actuelle face au Covid-19 ? 

Je suis originaire du nord-est du Brésil. Dans ma ville, les gens sont confinés chez eux, essayant, dans la mesure du possible, de respecter les directives. Des efforts sont faits pour organiser des files d'attente dans les banques et les marchés, par exemple. D'autre part, les gens doivent sortir pour retirer de l'argent ou acheter de la nourriture au marché. Peu de sensibilisation est faite. 

2. Quels sont les risques pour les droits des enfants ? 

Dans la réalité de nos vies, c'est souvent le manque d'accès à l'assainissement de base ou d’accès à des soins médicaux de qualité.  Il y a des familles très pauvres, qui n'ont pas les moyens d'acheter les produits d'hygiène nécessaires à leur protection, de garantir l'eau potable, ou l'eau en quantité suffisante pour maintenir l'hygiène des milieux. Cela me fait très peur, l’essentielle de la population n’aura pas les moyens de faire face à l’épidémie. 

Une autre question qui touchera beaucoup plus les enfants en raison de la pandémie, concerne la violence à l'égard des enfants. Surtout dans le milieu domestique, et contre les filles et les jeunes femmes. Et bien sûr, la perte de l’accès à l’éducation. 

3. Que signifie pour vous être un acteur du changement en cette période de Covid-19?  

Être un jeune protagoniste, c'est avant tout comprendre réellement quel est notre rôle dans la société et de développer une attitude d'empathie devant les autres.  

Avec l’ensemble des jeunes du Réseau des Jeunes nous sommes actifs en Colombie, au Pérou, en Bolivie et au Brésil, avec la diffusion des messages de sensibilisation sur les réseaux sociaux, assurant que les jeunes parlent directement aux jeunes. Nous assurons ainsi ce dialogue entre les jeunes confinés pour les aider à prendre soin de leur famille, d’eux même et de d’assurer leur retour à l’éducation après la crise. Nous travaillons avec les jeunes pour qu’ils se protègent et protègent leur famille, qu’il veille sur leur santé (hygiène et protection) et qu’ils préservent leur éducation en se préparant au retour à l’école. 

4. Quels espoirs et quels changements à long terme attendez-vous pour sortir de cette crise ? 

Que cette crise soit une occasion pour changer vers plus d'équité dans la population, mois de discrimination à l'égard des Noirs, des femmes et des populations LGBTI soit réduite, et que les femmes, les enfants et les jeunes puissent occuper des espaces de pouvoir, principalement les femmes noires, et bénéficier de conditions de vie offrant davantage de possibilités. 

(*le prénom a été changé)