Parole aux jeunes en Bolivie

5 mars 2018

Imaginez un monde où les enfants et les jeunes peuvent débattre, constituer une délégation, faire entendre leur voix, influencer les politiques, faire campagne, se faire élire et représenter leur «peuple» d’enfants, ceci sans l’interférence ou l’intermédiaire d’un adulte. Difficile à croire?

Pourtant, en Bolivie s’est tenue fin 2017 la 2e rencontre départementale du comité des enfants et des jeunes de Chuquisaca (un des 9 départements de Bolivie). Des jeunes de 11 à 18 ans, issus de toutes les municipalités du département, se sont réunis pour deux jours à Sucre avec pour objectif principal de réélire leurs représentants au niveau départemental et national. La représentation du Comité doit être équitable avec autant de filles que de garçons, de tous les âges, scolarisés ou travailleurs, handicapés, indigènes et scouts. Ces deux jours offrent une opportunité unique pour ces différents jeunes de faire connaissance, de s’amuser et de créer de nouvelles amitiés. Mais plus sérieusement de discuter ensemble des problématiques communes qui les affectent au quotidien.

Sans tabou, avec franchise, courage et prestance, certains déplorent l’insalubrité de leurs environnements scolaires, d’autres font part de leurs inquiétudes par rapport à l’abus de drogues et d’alcool de leurs camarades, d’autres encore dénoncent la violence omniprésente dans leurs familles et les taux accrus de grossesses infantiles. Ces jeunes sont un exemple d’engagement sincère et convaincu pour la défense de leurs propres droits, les droits de l’enfant.

Le partenaire de Terre des Hommes Suisse, CEADL, conjointement avec d’autres organisations de la société civile, ont mis sur pieds et organisé ce comité biennal. Ils travaillent ensemble pour réunir les jeunes, les soutenir et leur apporter conseil dans l’élaboration de leurs prises de position.

De retour du terrain, Giovanna del Drago, collaboratrice Terre des Hommes Suisse